Le RHM (remorqueur de haute mer, MALABAR au 1/100

        J'aurais fait l'impasse sur ce serviteur, mais il est vrai qu'il a tellement représenté le club , du nord au sud , de l'ouest à l'est, mais aussi en République Tchèque, lors des CM de 2005, que je ne pouvais le laisser sous silence. Ce modèle est issu d'un plan d'Alain Coz paru dans un N° hors série de la revue "Bateau Modèle", il n'est pas unique, étant donné que l'on en voit quelques uns de part et d'autre de l'hexagone.

Ce modèle a été construit dans un seul but, servir réellement de remorqueur pour servir de grosses unités, et ceux qui ont put le voir à l'oeuvre, savent de quoi il est capable, un navire de la Mar Mar chargé et pesant 25kg, 30kg ou plus, ce n'est pas du tout un problême, à condition toutefois de se mettre dans l'équivalence de la réalité, soit une remorque souple en acier tressé de 4/10 à 6/10 grand maximum, d'une longueur libre entre les deux navires de 8 à 12 mètres (800 à 1200 mètres en réel), et la fixation côté remorqué devant être souple et élastique faisant effet de spling, cela se fait aisément tout en restant très souple aux commandes.a0000228.jpg       Le modèle est donc au 1/100, il mesure 51 cm de long, pour 11,5 cm de large, 6 cm de tirant d'eau, et un poids total ne devant pas dépasser les 1440 grammes, se construction est classique, bordé sur membrure, en baguette de 5X2 sur des couples ctp de 4 mm, le pont est en ctp de 8/10 et les superstructures en ctp de 6/10 et 4/10, la mâture est en bois sauf la vergue du grand mat.

        La motorisation est assurée par un moteur Igarashi de type 380  monté en direct sur l'arbre d'hélice (sans réducteur), il est alimenté par une batterie NiMh de 6 volts et 2500 mAh, par l'intermédiaire d'un variateur "Electronize 43 HR" sans BEC, l'ensemble est piloté par un ensemble 4 voies, dont deux seulement sont utilisées. Le modèle navigue sans encombre depuis bientôt 10 ans, il a besoin actuellement d'une bonne rénovation car les navigations et surtout les manipulations successives ont froissés quelques rambares ou autres accessoires.

        Il est à noter toutefois que les points de rouille visibles par endroit, sont vrais et naturels, ils se sont fait dans le temps sur des pièces métalliques peintes (chaumards, écubiers, etc.)

       Ne pas oublier de cliquer sur les clichés pour les voir en taille normale

En 2009 vue arrière, le Malabar à souffert et de grosse réparations sont à envisager, le mât est brisé dans les hautsLe Malabar vu de l'arrière sur son ber en 2009, il y a pas mal de réparations à effectuer (mâture entre autre)

Le Malabar est neuf, il n'a pas encore naviguéLe Malabar est neuf, il n'a pas encore navigué

Plage avant et les apparaux de moullagePlage avant et les apparaux de mouillage

l'étrave particulière, la rouille sur les chaumards est naturellel'étrave particulière, la rouille sur les chaumards est naturelle

Plage arrière de travailPlage arrière

Passerelle côté tribordPasserelle côté tribord

Passerelle de navigation et de commandementPasserelle de navigation et de commandement

Navigation par vent fort, un certain 14 juillet 2003Navigation par vent soutenu, un certain 14 juillet 2003

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×