Du rêve à la réalité

 

Le rêve

Il y a 50 années et plus, nous révions à des réalisations futures, mais cela n'était qu'un rêve!!!  quoi que....Mettre un canot à l'eau, le récupérer, faire du ski nautique, faire fonctionner une grue, un ascenseur de porte avions, etc................

       A l'époque les émetteurs se mettaient dans une valise, le récepteur dans une boite à sucre, et surtout un seul canal pour faire évoluer le modèle, les moteurs pesaient du poids, ouh...... des centaines de grammes, les batteries, pardon les piles jetables, des gros trucs en carton ou en fer blanc mais énormes, en 1960, faire naviguer un EE de type Surcouf devenait un exploit, car au minimum 7 kg sur la balance au lieu des 3,5 admissibles, beaucoup ont chavirés et sont allés au fond, puis il y eu le déclic, du moins pour moi.

         En 1967, j'ai rencontré Luc Féron, champion d'Europe en F2a, avec un contre torpilleur de 1940 au 1/125 et moins de 2000 grammes à l'époque, un exploit, non de l'intelligence et du savoir faire, construit ultra léger, doté du dernier cri des  "radios commandes" made in Germany, bref le top du top et l'avenir devant soi, certes il faudra des moyens financiers et de la volonté pour suivre, mais le jeu en vaut la chandelle, pourquoi ?  Parce que dans ce même championnat, je suis également le champion d'Europe de la classe F2b, devant un concurrent Allemand mieux outillé, et je ne dois pas me laisser ratrapper ni distancer, de plus j'ai l'opportunité de par mon travail, d'aller régulièrement en Allemagne.

image-4-2.jpgChampionnats de france 1967, un escorteur d'escadre pas trop lourd, mais trop à mon gout, il participera aux championnats d'Europe de 1967 et servira de banc d'essai pour la suite , éliminer les kilos superflus, ce sera pari gagnè avec le modèle suivant soit seumlement 3400 grammes sur la balance

image-11.jpgAu retour des championnats d'Europe de 1971, confection et débuts des expérimentations de ski nautique, avec une vraie poupée plantée sur de vrais skis et non une plaque de plexiglass, le canot est lourd et entrainé par un moteur 4 temps de 12cc, c'est le début de l'aventure, le rêve devient réaloté 

 

La réalité


         Avec les années, le matériel a considérablement évolué, en tout sens, en radiocommande par exemple: d'un canal nous sommes passés à deux, puis quatre, huit, dix, puis le tout ou rien des années 60 a évolué en commande proportionelle et digitale, nos canaux ce sont groupés en voies, et des 10 canaux (5voies) nous avons encore doublé puisque nous travaillons sur 6, 8 ,9 et 10 voies, de même nous avons put monter des modules d'éxtension,  si bien qu'une radio extensible peut désormais avoir 60 voir plus de fonctions.

       Enfin le nec plus ultra, nos radicommandes, sont passées de 10000 grammes à moins de 500 pour les émetteurs et les récepteurs ont également subit ce régime, ce qui était impensable il y a 50 ans, l'est aujourd'hui, un bateau au 1/100 de moins de 70 grammes est possible en ordre de marche et dans ses lignes d'eau s'entend, presque toute manoeuvre d'un vrai navire est devenue possible quoique les éléments eux n'ont pas changés, l'eau est toujours la même, de même que la pluie et le poids des goutes d'eau qui tombent du ciel, sans oublier le vent qui reste en vitesse à l'échelle 1

Nous allons donc développer dans les pages qui suivent ces diverses réalisations.

Mais avant tout une précision, en ce qui concerne les diverses manipulations ou commandes autres que le pilotage de nos modèles, il y a deux catégories, ce qui se fait sur table et qui ne se voit que dans les expositions, ce qui se fait réellement sur l'eau et qui se voit non pas à moins de 5 mètres, mais du large, nos modèles sont fait pour naviguer et être vus de tous, de prêt comme de loin.

Alors bonne lecture dans la suite de ce sujet, qui est aussi agrémenté de photographies dans la partie "album photo"

Le monde va vite, très vite, mais ce qui est certain, c'est qu'une évolution s'est faites et cela grâce à des rêves, Jules Verne et Léonard de Vinci n'étaient pas des visionnaires, ils ont simplement rêvé d'un futur qui quelques décennies plus tard deviendra réalité, c'est ce qui ce confirme dans le modélisme.

Le modélisme naval est sans doute la plus ancienne discipline de modélisme, n'a t-on pas trouvé des maquettes de bateaux Egyptien de l'époque, dans les tombeaux des pharaons. Le 20ème siècle fut sans aucun doute le siècle le plus rapide en matière de nouveautés, en 1950 les modèles de bateaux naviguent uniquement en ligne droite, à la fin des années 50 les premières radiocommandes amateurs apparaissent, l'émetteur prend place dans une valise de bonne taille alors que le récepteur est de la taille d'une grosse boite à sucre de 1Kg, début des années 60 apparaissent les premières radios transistorisées, à noter que seul le mono canal existe, avec seule fréquence fixe, les premiers avions volent et les premiers bateaux savent enfin tourner à droite et à gauche. Puis deux grandes marques vont sortir dans les années 65 - 66 les premiers ensembles multicanaux, il s'agit de Graupner dont le fournisseur en électronique n'est autre que Grundig, ainsi que Robbe dont le fournisseur est le Japonais Futaba, de 2 l'on passe à 4 puis 8 et enfin 10 canaux ( 2 canaux = une voie de nos jours) une nouvelle évolution, apparait avec le système super-hétéodine remplaçant le type super-réaction ce qui permet de disposer de quartz mobiles et interchangeables, Graupner propose alors 12 fréquences en 27 Mhz, le 72 Mhz suit avec quelques fréquences disponibles également, mais à ce jour si les émetteurs ont étés réduits, les récepteurs sont encore de bonne taille, un 10 canaux est aussi gros, voir plus, qu'une boite d'allumette familaile, mais il en est de même des moteurs, des batteries (plomb ou cadnium nickel) consrtruire petit et léger n'est pas encore à la portée de tous.

imgp2049.jpg

Alors à cette époque l'on rêve, faire des petits bateaux à la même échelle que les grands mais 100 fois plus petit et surtout plus légers.

         Le début des années 70 voit arriver un nouveau mode de pilotage, le digital et proportionnel, fini les "tops" des clefs de commande, place au manche en forme de stick, il permet une grande souplesse de pilotage et une maneuvrabilité hors du commun, de plus la miniaturisation se confirme, plus petit, plus léger, plus adaptable à de petits modèles, ainsi vont les années 70, 80 puis 90, et à la fin du siècle, les fabricants proposent enfin des récepteurs pas plus gros qu'un morceau de sucre, nous entrons donc dans la miniaturisation souhaitée avec le 21ème siècle.

         C'est avec ces avances technologiques que nous allons évoluer et passer du rêve de 1950 à la réalité d'aujourd'hui, à savoir faire vivre un port, faire évoluer une escadre avec des navires de toute taille, faire naviguer un voilier de 2 ou 3 mats en manoeuvrant l'ensemble de sa voilure, etc. etc. Oui cela est possible aujourd'hui, grâce à l'évolution des techniques et de la miniaturisation.

abeille-14-a-quai.jpg 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site