Le ski nautique en modélisme

 

Le ski nautique

 

image-copie.jpg

C'est en 1971 aux championnats d'Europe que nous vîmes les premiers essais de ski nautique par l'équipe d'Angleterre.

Rentré en France, je fis divers essais de modèles de ski, puis de mode de traction et enfin d'inclinaison de la skieuse sur l'eau, il fallait ensuite connaître et définir la bonne vitesse de traction, ces essais durèrent deux années avec deux bateaux différents, le premier avec une coque fabriquée au club, le second avec une coque récupérée, ces deux coques étaient équipées du moteur 3,5cc Webra Glo-Star en version marine, lorsque les essais furent concluants, il fut enrtrepris fin 1973, la fabrication d'un "cabin cruiser" assez puissant, afin d'emmener une, voire trois skieuses en même temps, le bateau fut équipé du moteur Super Tigre G 21/29 speed, en version marine, moteur développant à l'époque 1,2CV, ce modèle fit l'objet d'un article complet dans la revue Radio Modélisme d'avril 1975 (N°100) le plan de ce modèle étant toujours distribué à ce jour.

Afin de réussir à faire faire du ski nautique à une poupée il faut non seulement connaître certains choses mais les appliquer à la lettre, ce qui malheureusement n'est pas le cas près de 40 ans après les premiers essais concluants, ces règles sont, surface et écartement correct des deux skis, inclinaison exacte des skis par rapport à la surface de l'eau, distance minimum du skieur derrière le bateau tracteur, position correcte de la skieuse sur les skis, confection du cable de traction et de sa pate d'oie, et enfin une vitesse correcte et non excessive

Les poupées.

il s'agit de poupées mannequin de bas prix, (surtout ne pas prendre de"Barbies"), afin de les rendrent aptes à la fonction, il va faloir leur plier les genoux de façon à leur donner une position légèrement accroupie, le buste en arrière, dans cette configuration les jambes sont écartées, il sera nécessaure de coller les jambes au tronc afin de conserver cet angle et l'étanchéité (tronc et jambes étant creux) les bras resteront libres de mouveement et ils seront solidarisés ensemble par la barre de traction.

Les skis.

Ils sont en ctp de 3 ou 4 mm l'avant est légérement courbé vers le haut, cette opération se fait par trempage puis séchage sous presse, ensuite les skis sont raccordés par paire d'un écartement de 115 mm, à l'axe médiant de chaque ski (voir photos dans l'album), enfin la fixation du câble est soudée à l'avant sur la traverse, puis la skieuse est collée sur les skis, au centre de gravité de ceux ci, ce qui fait qu'en position repos, sur l'eau, la skieuse vient se coucher sur le dos la pointe des skis émergeant à l'avant, la traction du câble la remet aussitôt en ligne, il n'est pas nécessaire d'adjoindre des mini gouvernes fixes sous les skis celles-ci ne le sont que si l'on fait évoluer plusieurs skieurs en même temps avec le même "tracteur"

Les premiers essais.

C'est en 1972 que commencèrent les premiers essais, tout d'abord dessiner et configurer les skis, ils sont en ctp de 6mm à l'époque et assez larges, ils seront réduits par la suite épaisseur 5 mm et en largeur, les premiers font donc (cotes en millimètres) longueur, 280 largeur 48 et écartement entre chaque ski, 70 mm, soit un entraxe éxact de 118 mm, l'axe du pied de la skieuse (talon) se trouvera à 146 mm de l'arrière du ski 
 Ceci n'est sans doute pas très orthodoxe, mais la skieuse du début fut litéralement clouée aux skis en trois points, tout d'abord les pieds, percés puis collés à la colle epoxy sur chaque patin enfin le tronc traversé entre les deux fesses par une tige de laiton de 20/10 et soudée àla jonction arrière des deux patins, cette tige étant faite pour assurer la rigidié mais aussi pour évaluer par tatonnement la meilleure position à adopter pour ce faire entre les divers essais, la tigée était déssoudée et ressoudée quelques milimètres plus bas, en réalité un ensemble de 2 puis 3 skieuses prirent part aux divers essais.
Le câble de traction
Le cable est l'atout majeur du succés en ce qui concerne les vrais skieurs ce câble est assez long pour divers facteurs de sécurité, les 20 mètres sont raisonnables les plus coutes sont de 15 mètres, donc à l'échelle de nos poupées (1/6) le câble devra se situer dans les 3,30 mètres pour les plus longs et 2,50 pour les plus courts, c'est beaucoup diront certains certes, mais c'est réaliste et surtout très fiable, j'ai donc étudié diverses longueurs, entre 2,30 et 3,30, toujours avec succés, de plus des longueurs différentes sont indispensables dès lors ou l'on tracte plusieurs skieurs, le câble se fixe donc en trois points, celui de départ se trouve à l'arrière du bateau, le plus haut possible de façon à ne jamais toucher l'eau en marche sinon cela donne des acouts parasites qui entraînent la chute, ensuite le point d'attache principal se fait au niveau de la jonction avant des deux skis, sur une patte soudée en cap de 10/10 attention ce doit être du solide, les mains de la skieuse sont percées de façon à recevoir la poignée du câble de traction , l'écartement des bras (des mains) est sensiblement parallèle à celui des épaules, entre 55 et 60 mm selon la poupée, puis la patte d'oie, en cap de 5/10 est soudée sur la barre, enfin un câble d'acier d'environ 50 cm vient se souder en parrallèle sur le câble trateur, c'est là le fin du fin, en traction une fois soudé l'ensemble de la skieuse et des skis doit faire un angle positif entre 5°et 6° avec la surface de l'eau, moins et votre skieuse risque d'enfourner et de chuter très (voir trop) souvent, et plus, votre skieuse sera instable et se dandinera de droite à gauche, elle chutera à chaque tentative de virage
Le câble est constitué de câble acier torsadé utilisé pour les avions de vol circulaire ou pour la pêche, chaque extrémité étant terminée par un émerillon

Les diverses skieuses utilisées ont donc évoluées, les skis ont été ramenés aux cote suivantes, largeur 40, longueur 260, écartement toujours 70 mais entraxe diminué à 110, le talon de la skieuse se trouve à 135 mm de l'arrière du patin , chaque patin possède une mini gouverne fixe en tole fine, longueur 40 et hauteur maxi 10 mm, chaque skieuse porte un nom de baptême inscrit sur l'un des patins, ce nom est reporté sur la planche de transport et de stockage du câble, de façon à utiliser le câble qui lui est propre, certaines skieuses portent collée le long de la jambe droite, un tube en alu de 3 mm de diamètre et 40 de haut, ce tube permet de porter un drapeau lors des démonstrations, au total trois skieuses sont tractées par le même bateau mais en intercalées l'une de l'autre  et à des distances diverses, la skieuse de droite à ses gouvernes tournées vers la droite ce qui l'écarte à droite du sillage, celle de gauche idem mais avec les gouvernes dirigées vers la gauche, et celle du centre à ses gouvernes bien dans l'axe.
la suite se trouve en image dans l'album photo.  

 

(texte en cours d'écriture et non terminé)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site